la Noire de Janzé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la Noire de Janzé

Message par Peter le Sam 8 Oct - 17:34

Becs et Plumes, dossier spécial races rare



La poule Janzé
(noire de Janzé)


...une volaille très rare, ce qui dit le standard:
Elle porte le nom de la ville de Janzé en Ille-et-Villaine.
Volaille de forme élégante et bien proportionnée ; port altier et allure vive. Taille moyenne, mais paraît à l'oeil plus légère qu'en réalité du fait que la plume est excessivement serrée au corps. Ossature très fine, rigide et légère.
Coq : 2,5 kg ; poule 2 kg. (source, volaille-poultry)



avec la permission du journal « Paysan Breton », voici l'histoire de son sauvetage.

La noire de Janzé a bien failli disparaître. Cette vieille race de volaille était d'ailleurs considérée comme éteinte.
"Disparue vers le milieu du XXe siècle", évoquent les rares écrits à son sujet. Quand… Quand, début des années 90, une bande de copains, regroupés autour de l'association "SOS volailles",lance un appel aux bonnes volontés susceptibles de dénicher une basse-cour fossile qui pourrait héberger quelques derniers spécimens de la Noire de Janzé.



L'appel à témoin retentit à l'oreille de Jean Le Moigne, Finistérien d'origine et vétérinaire en exercice à Janzé. Arpentant les routes de campagne depuis plus de 20 ans, ce praticien se souvient de ces poules au plumage noir, de taille un peu en dessous de la moyenne, correspondant au descriptif.
En 1991, le docteur Le Moigne signale avoir retrouvé des traces possibles de cette race locale. Dans une petite ferme reculée de Janzé, Francis Lunel, un vieil agriculteur,élève à l'ancienne des volailles qui picorent dans la cour, grattent le tas de fumier et dorment dans les arbres. Étonné que l'on s'intéresse à ses poules qui "sont là depuis toujours", le "conservateur" du patrimoine avicole qui s'ignore, accepte que l'association prélève les sujets le plus proches du standard de la race. À une condition fixée par F. Lunel :
que les membres de "SOS volaille"se débrouillent pour attraper eux-mêmes les volatiles.
Rendez-vous est fixé un soir de nuit profonde. Armés de lampes électriques, les plus téméraires se lancent à l'assaut des derniers représentants de la race. Escalade dans les arbres, maladresses nocturnes et égratignures ponctuent l'opération "Il faut sauver la Noire de Janzé".
Une franche partie de rigolade se souviennent Jean Le Moigne et Alain Larsonneur qui faisaient partie de l'expédition. Et c'est sous l'oeil amusé du vieil agriculteur – qui vient de s'éteindre début 2008 –que 10 poules et deux coqs abandonnent leur liberté champêtre pour
la nouvelle mission de sauvetage de la race.
La nuit, toutes les poules sont noires. Et il s'avère que les volailles attrapées ne correspondaient pas à la plume près au standard de la race. Avec les années, les volatiles, réputés bons reproducteurs, avaient dû subir quelques croisements. Les coqs, en particulier.
Henri de Carville, spécialiste à la station de recherches avicoles de l'Inra à Tours, assurait toutefois qu'une sélection à partir de quelques sujets était encore possible. Outre ses conseils de chercheur, il offrit un coq "Géline de Touraine", une race aux caractéristiques assez proches, sachant que le berceau de la Noire de Janzé pourrait se situer dans la région de Touraine.



Les croisements ultérieurs furent effectués en consanguinité par Jean-Claude Sage,éleveur-amateur à Coat-Méal dans le Finistère. Objectif, approcher
le plus possible le standard de cette poule au plumage noir profond et brillant, aux pattes courtes et bleu foncé, aux oreillons rouges.
"Une volaille à la silhouette trapue, de forme élégante, bien proportionnée, avec un port altier et une allure vive", commentent les connaisseurs. La Noire de Janzé a en effet la réputation d'une race rustique, au caractère sauvage et vagabond qui prend facilement son envol. Un comportement à lier à la conformation spécifique du bréchet et à 'épaisseur des muscles de vol.



Les poules commencent à pondre vers 4,5 mois. Les saisons pour eux n'ont pas de différence. Elle pondent couvent et élèvent toute l'année.

En novembre 1993, tous ces efforts de sélection ont bien failli être anéantis en quelques minutes quand des chiens errants pénétrèrent dans le poulailler de J.-C. Sage et tuèrent sept poules et deux coqs. Mais quelques individus furent épargnées et l'aventure put se poursuivre. Depuis octobre 1997, le seul élevage de sélection en Noire de Janzé a été confié à la ferme de Kéringar, à proximité immédiate de la Pointe Saint-Mathieu, sur la commune du Conquet.
L'histoire aurait pu s'arrêter a ce petit conservatoire. Mais voilà que les Fermiers de Janzé ont imaginé que cette race du terroir pourrait être un bon vecteur de communication pour valoriser le poulet label développé par l'association d'éleveurs. Il y a peu, quelques Noires de Janzé de la souche "Lunel" ont ainsi regagné leur contrée d'origine. Avec ce projet d'en faire "une poule de luxe", comme au temps où la réputation de la Noire de Janzé était portée au loin par les menus servis sur les paquebots de la Transat.

Didier Le Du

Texte et photos avec l'aimable permission du Paysan Breton, encore merci pour cet reportage magnifique

Personnellement je compare la race « Noire de Janzé » en Bretagne, presque disparue, un peu avec la Cotentine de la Manche Ce serait avec un grand plaisir de voir qu'elle retrouvera sa vie dans les poulaillers bretons, son pays natale.


Peter pour Becs et Plumes



avatar
Peter
Admin

Messages : 5460
Date d'inscription : 20/04/2011
Localisation : St Vigor des Monts

http://www.becsetplumes.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum